BERNAL et les fils de la Cordiliere


04 août 2020

La biographie autorisée d’Egan Bernal, nouvelle star du peloton mondial, ne peut se raconter sans retracer l’aventure renversante de ceux qui ont fait la légende du cyclisme colombien, avant lui.

En Colombie, la Cordillère est le symbole de tout ce que le pays charrie d’exploits, de drames, d’émotions et de légendes. Dans ces cols qui donnent l’impression d’être à mi-chemin du ciel, ils sont rares ceux qui un jour n’ont pas essayé de mettre un dossard.

À Zipaquira, petite cité voisine de Bogota, la capitale, c’est entre les eucalyptus du Parque de La Sal, à 2.800 m, qu’un gamin de 8 ans, prénommé Egan, s’est découvert à VTT une vocation qui l’a conduit sur la plus haute marche du podium du Tour 2019. Il se confie longuement à Guy Roger dans ce livre.

D’une montagne à l’autre, l’auteur est allé à la rencontre de figures mythiques ou oubliées, aux destins proches du roman. Les noms de Cochise, vendeur de journaux à la criée à 8 ans, Patrocinio, mineur de fond à 10, Lucho, enlevé par les FARC après sa carrière, Fabio, vainqueur moral du Tour 1988, Nairo, fils de la misère agricole, et de bien d’autres, sont depuis longtemps passés à la postérité.

Le cyclisme colombien à l’image flétrie par la violence, les narcos et l’ombre du dopage, retrouve dans ces pages un nouveau souffle. Plus que jamais, le vélo est le meilleur produit à l’export de tout un pays.

GUY ROGER, journaliste, ancien Grand Reporter à L’Équipe, longtempsspécialisé dans le cyclisme, a voyagé de nombreuses fois en Colombie.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article